ALA MILANO onlus et PIPAD Cameroun : Ensemble pour la prévention IST/VIH/SIDA au Cameroun

« Pour une simple nuit de loisirs et de plaisir n’hypothéquez pas votre vie, utilisez un préservatif !».

C’est sous ce thème que les deux ONG ALA MILANO onlus et PIPAD Cameroun ont placé la campagne de prévention IST/VIH/SIDA dénommée « Loisir et Plaisir » chez les jeunes des villes camerounaises.

ALA Milano est une ONG laïque italienne spécialisée dans la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). En 2006, juste deux ans après sa création, son président M. Cristiano VINCENZO rencontre à Rome, le Dr Martin SANOU SOBZE, PCA du PIPAD Cameroun (Projet Intégré pour la Promotion de l’Auto-Développement), déjà actif dans ce même combat à Dschang.

Unissant leurs efforts et savoir-faire, le projet « Plaisir et Loisir » financé par ‘’Otto per mille’’ Chiesa Valdese voit le jour cette même année toujours dans le chef-lieu du département de la Menoua. C’est ainsi qu’avec le PIPAD, les moto-taximen de la ville sont mis à contribution pour distribuer gratuitement des préservatifs à leurs clients, en leur fournissant des informations nécessaires pour se faire dépister sans frais.

« Nous sommes une organisation italienne travaillant sur la coopération internationale décentralisée », affirme M. C. Vincenzo. Ceci explique qu’en 2011, après la rencontre avec l’ex maire de la Commune d’Arrondissement de Douala V, le projet s’étende à la région du Littoral.

ALA Milano privilégie le transfert de connaissances et d’expériences pour une efficacité dans le temps et dans l’espace ; ainsi le confirment les propos de son président : « [nous] avons pour objectif de solliciter et donner un coup de main à l’intelligence locale, nous n’avons pas d’expatriés qui arrivent ici, mais tout le travail qu’on fait on le fait avec des hommes et des femmes camerounais ».

Pour donc affronter les grands défis de développement qui l’attend, le Cameroun a besoin de jeunes bien portants, comme nous-le rappelle le Dr Sanou : « la santé est un gain la maladie est une perte ». C’est forts de cette motivation que les jeunes du PIPAD sillonnent, très souvent de nuit, les points névralgiques des villes où ils sont actifs pour sensibiliser leurs congénères sur une sexualité responsable.

© 2016 CIRICS: Banidol Nwankwo