Portrait: Le Franco-Camerounais Christian Louboutin

Portrait: Le Franco-Camerounais Christian Louboutin

Christian Louboutin est né le 7 janvier 1964 à Paris dans un quartier populaire du XIIème arrondissement. D'origine bretonne et camerounaise, il grandit entre sa mère et ses trois sœurs et s’imprègne d’un univers féminin, qui l’influencera fortement par la suite. Son père est ébéniste et sa mère femme au foyer.


Le jeune métis Christian Louboutin alors âgé de seize ans, abandonne ses études au lycée Paul-Valéry à Paris, et réalise son premier prototype d'escarpin en peau de maquereau. Il fait un stage l'année suivante aux Folies Bergère où il essaye de vendre ses créations aux danseuses, danseuses qu'il « adore » et dont il dit : « J'étais fasciné par ces femmes-oiseaux tendues vers le ciel: un corps, des plumes, des talons hauts, c'était l'hyperféminité ».


Sur l'initiative d'Hélène de Mortemart (Dior), il quitte Paris en 1982, date de fermeture du Palace, pour Romans-sur-Isère, capitale française de la chaussure, où il effectue un stage d'un an chez Charles Jourdan (inventeur du talon aiguille). Il travaille également en freelance pour de grandes maisons de couture comme Chanel et Dior, puis entre chez Roger Vivier, en 1988:
«En 1988, je suis devenu son assistant personnel pour orchestrer son exposition au musée des Arts de la mode. Il est devenu mon mentor. Il représentait l’incarnation du Parisien élégant et distingué, courtois, tel un personnage de Lubitsch. Pendant six mois, à ses côtés, j’ai mis ma création entre parenthèses.»
Entre-temps, en 1985, il apparaît dans le film La Nuit porte-jarretelles, avec Eva Ionesco et Arielle Dombasle.
À l'issue de sa mission auprès de Roger Vivier, Christian Louboutin abandonne en 1989 le domaine de la chaussure pour devenir paysagiste et consultant amateur pour ses amis ayant de grands jardins: « À travers le jardin, j’avais un regard sur les couleurs, les mélanges de matières, les rapports de brillance et de matité». Cette activité fait partie intégrante de sa vie, que ce soit par ses liens avec la designer Olivia Putman ou le paysagiste Louis Benech.


Fin de l'année 1991, il lance la marque qui porte son nom, avec plusieurs associés et amis d'enfance dont Henri Seydoux Fornier de Clausonne (qui en devient administrateur) et Bruno Chambelland.
Sa première boutique ouvre à Paris le 21 novembre 1991 dans le 1er arrondissement, rue Jean-Jacques-Rousseau. Deux autres seront ouvertes toujours à Paris les années suivantes, rue de Grenelle et rue du Faubourg-Saint-Honoré. C’est aussi en 1992 qu’Anna Wintour fait publier deux articles dans Vogue.
Louboutin ouvre son premier magasin à New York deux ans plus tard, suivi d’un deuxième quelques années plus tard.
Dès 1995, il participe aux défilés de créateurs tels Jean Paul Gaultier, Azzaro, Diane von Fürstenberg, Givenchy, Lanvin, ou encore la maison Chloé. Parmi les nombreux défilés auxquels il a participé, il faut distinguer celui du 22 janvier 2002 avec la maison de couture Yves Saint Laurent, au centre Georges-Pompidou (CNAC), qui voit la création de la marque éphémère (3 mois) « Christian Louboutin for Yves Saint Laurent Haute Couture 1962-2002». C'est d'ailleurs la seule fois qu’Yves Saint Laurent a associé son nom avec un autre créateur.
En 2007, il collabore avec David Lynch pour l'exposition Fetish à Paris (Galerie du Passage - Pierre Passebon) où sont exposés des photographies et des paires de souliers en exemplaire unique; les pièces exposées (dont des « souliers de ballet ») sont une vue d'artiste et ne sont pas destinées à être portées.
Le site internet officiel est créé en 2009.


Le 7 septembre de la même année, Christian Louboutin associé au bottier Fred Rolland, ouvre une cordonnerie, à l'enseigne Minuit moins 7, galerie Véro-Dodat à Paris.
2010 est l'année de diffusion d'une web-série de sept épisodes (28 minutes au total) intitulée « Le Carrosse noir » dans laquelle on voit apparaître Arielle Dombasle, Dita von Teese, Élisa Sednaoui (sa filleule), Farida Khelfa, et Mika.

CIRICS