Portrait de l’artiste chanteur Camerounais Denis Tchangou

Portrait de l’artiste chanteur Camerounais Denis Tchangou

Réalisateur et concepteur du projet « Brassens en Afrique », Denis Tchangou, aujourd’hui âgé de 47 ans, est devenu un roi de la musique africaine. Après une longue et très riche carrière artistique, le chanteur, d’origine camerounaise, continue de faire parler de lui avec son nouveau projet «Brassens l’Africain, Sète au Village».

Diplômé et major de sa promotion, Denis Tchangou développe des influences de jeu et crée un concept qui lui est propre : « Afro-Breaks Beats ». A travers cette méthode, il fusionne et systématise les « Grooves Afro » avec des notes fantômes, autrement appelés Ghost Notes. Après avoir collaboré avec plusieurs artistes de renom dont Manu Dibango, Myriam Makéba, Biyouna, Mory Kanté, etc, il découvre la place prépondérante des musiques africaines au sein des musiques actuelles et le point commun entre la France et l’Afrique qui est le Français. A la découverte du trésor de Brassens.

En 2005, Denis Tchangou découvre les œuvres artistiques de Georges Brassens, poète et auteur-compositeur français décédé en 1981. Il reprend les chansons de ce dernier et les rythmes au son des tambours et des percussions africaines dans son concept « afro breaks beats ». Son ami chanteur, Kristo Numpuby, lui demande d’interpréter le titre « les copains d’abord » et de faire un album entièrement dédié à Georges Brassens. Les deux hommes entrent en studio et enregistrent les chansons du poète à la sauce africaine. De là est né le projet « Brassens en Afrique » Volume1.

Le début des années de gloire

Les deux artistes, portés par le succès de ce projet, entament ainsi une tournée nationale et internationale jusqu’en février 2009. A cette date, Denis Tchangou rencontre un ami producteur qui lui propose d’enregistrer le volume 2 intitulé : « Brassens l’Africain ». La même année, cette nouvelle maison de production met en place un projet d’intervention pédagogique dans les écoles et conservatoires afin d’enseigner les musiques africaines modernes. En Mars 2012, Denis Tchangou regroupe autour de lui les piliers de la musique et enregistre douze titres au studio quadrature de Paris.



De l’Afrique à l’Europe, de l’Amérique à l’Océanie, Brassens se chante avec ou sans accent et a réussi petit à petit à faire vibrer les cœurs. La sortie de « Brassens l’africain, Sète au village », prévue le 25 février 2013, nous met déjà de l’eau à la bouche.

CIRICS