logo cirics

Jean Roger Zeugou (FR)

1. Bonjour, pour commencer comment vous vous présenterez à nos lecteurs ?

Je vous remercie d’abord de m’avoir contacté. Je me nomme Jean Roger Zeugou, citoyen Italien résidant à Milan, né au Cameroun et Ingénieur électrotechnicien de profession. Immigré en Italie en 1997 comme étudiant à Bologne, ville dans laquelle j’ai reçu un accueil très chaleureux si bien que je la considère jusqu’aujourd’hui comme ma deuxième ville natale.

Après avoir obtenu ma maitrise « Laurea Magistrale » en génie électrique à l'Université de Bologne, j’ai immédiatement commencé ma carrière professionnelle dans une entreprise de la ville leader dans les services énergétiques et environnementaux. Après quelques années d’expérience, je me suis ensuite établi à Milan en 2008 où je travaille actuellement dans une multinationale d’ingénierie pétrolière. Mon expérience professionnelle à l’international notamment en Irak, Nigéria, Bangladesh, Jordanie, Russie, Etats-Unis et Canada m'a permis d'avoir une vision élargie sur les aspects de l'intégration dans différents contextes.

Je suis actif et attentif sur les questions relatives à l'intégration des Camerounais en Italie, la promotion des ressources et de la culture du Cameroun en Italie collaborant avec les principales associations d'immigrés camerounais présents en Italie, les institutions italiennes et camerounaises spécialistes en matière d'immigration de qualité et promotion des ressources.

2. Comment décririez-vous à nos lecteurs les activités du groupe que vous avez fondé, et les raisons qui ont conduit à sa création? Et quelles-en sont vos attentes?

Le CIRICS (Cameroun - Italie, Ressources, Intégration, Culture et Solidarité) est une plate-forme de communication fondée le 2 Juin 2015, avec comme but de donner des informations sur les ressources attractives de l'Italie et du Cameroun. Le manque d'opérateurs économiques italiens au Cameroun, les récents flux migratoires  d'étudiants camerounais vers les universités italiennes toujours en forte augmentation, la croissance du nombre de camerounais qui obtiennent leur diplôme en Italie puis abandonnent ce pays pour émigrer vers d'autres pays plus attractifs en opportunités notamment les USA, Canada, France, Angleterre, et Belgique, la non-connaissance de la culture et traditions camerounaises par les italiens, etc. Tels sont les  facteurs qui m'ont poussé à mettre sur pied cette plate-forme. Le CIRICS à travers ses initiatives vise à promouvoir la culture camerounaise en Italie, faciliter l'intégration des camerounais résidant en Italie, en les informant sur les facteur positifs d'un retour aux sources, la possibilité de se réintégrer et d'investir au Cameroun après l’expérience en Europe, servir d’intermédiaire entre investisseurs camerounais et italiens à la recherche de partenariats.

Le rêve quotidien du CIRICS est de voir l'Italie devenir l'un des partenaires privilégiés du Cameroun avec une croissance marquée en matière de coopération politique, développement, culture et solidarité, immigration sélective et de qualité.

3. Selon vous, qu’est-ce qui peut encore être fait pour en implémenter les relations entre l'Italie et le Cameroun?

Les deux pays devraient mieux se connaître et se respecter mutuellement. Selon moi, la connaissance réciproque des cultures, des us et coutumes est la base pour l'établissement de rapports fondés sur la confiance et le respect.

Italie et le Cameroun ont encore beaucoup à découvrir l'un et l'autre. Par exemple sur l'enthousiasme et le dynamisme juvénile, la capacité d'adaptation dans différents types d’environnements sociaux, le Cameroun est le top, tandis que sur l'expérience d'entreprise et le développement technologique, l’Italie est le top. En mettant ces deux aspects ensembles, l'Italie et le Cameroun formeraient un monde parfait.

Les bonnes initiatives et actions déjà entreprises par l'ambassadrice d'Italie à Yaoundé au Cameroun S.E.  Samuela Isopi, la récente visite en Italie des autorités camerounaises durant la foire internationale EXPO avec la signature des accords de partenariat et de coopération entre l'Italie et le Cameroun, les accords de collaboration entre l'Université de Dschang et l'Université de Camerino, le processus de jumelage entre les communes de Milan et de Douala V mis en place et est actuellement en cours d'achèvement, la récente visite de formation en Italie sur la sécurité anti-terroriste de la  Gendarmerie Nationale camerounaise à l'Institut des techniques et enquêtes anti-terroristes (ISTI)  de Velletri, le récent stage de formation des Lionnes Indomptables de basket-ball féminin à Salsomaggiore Terme, la prochaine visite en Italie des opérateurs camerounais de la filière café programmée en Septembre 2015 prochain, et de nombreuses autres initiatives de bienfaisance déjà en cours de réalisation par des ONG présentes en Italie, sont les premiers signes positifs que l'Italie et le Cameroun peuvent travailler ensemble et que leur mariage peut être bénéfique pour les deux pays.

4. Quelles sont les perspectives qui pourraient être souhaitées après l'établissement de rapports solides entre l'Italie et le Cameroun, et encore plus entre l'Italie et la communauté camerounaise?

Le Cameroun est une plate-forme géographique pour les pays enclavés sans accès à la mer. D'où la possibilité pour lui d'exporter ses produits vers les pays voisins qui en dépendent en approvisionnements divers et en denrées alimentaires à transitant ou en provenance du Cameroun, dans une région qui comprend presque 300 millions de potentiels consommateurs. Avec son ouverture sur le Golfe de Guinée, le Cameroun bénéficie d'un accès facile à la mer avec le port international de Douala et celui en eau profonde de Kribi en cours d’achèvement.

Il y a une prospective économique mutuellement bénéfique: à travers le Cameroun on a en fait accès a plusieurs pays africains, et à travers l’Italie l’accès vers l’ensemble des pays européens. La récente croissance des couples et les mariages mixtes entre Camerounais et Italiens témoigne également d'une perspective sociale mutuellement bénéfique. Dans un monde globalisé, Cameroun-Italie se trouverait à exister avec des excellentes perspectives!

5. Quelle opinion vous fourniriez-vous à nos lecteurs à propos du Cameroun, de sa situation interne et de ses relations avec le monde extérieur? Où situeriez-vous l'expérience du Cameroun dans le contexte africain en général?

Le Cameroun est l'un des États les plus stables en Afrique sub-saharienne et comme décrit dans votre journal, c'est  "un pays avec un dos droit."

Le Cameroun est l'Afrique en miniature, ce qui signifie qu’au Cameroun on trouve tout ce qu'il y a dans d'autres pays africains soit du point de vue climatique qu’en termes de ressources. Le Cameroun est un pays moderne qui se développe en respectant ses propres traditions, un pays ami de tous.

Le Cameroun est un pays riche en matières premières. Sa politique unie à d'autres pays africains doit attirer les investisseurs étrangers en particulier dans les secteurs de la technologie et de la réalisation des infrastructures.

6. Selon vous, que doit faire e ne doit pas faire l’occident pour favoriser le développement du Cameroun et de tout l’Afrique ?  Et ce que doivent faire et ne devraient pas le faire par contre les pays émergents?

L'Occident est un concept très large, et parfois on l’évoque sans préciser de qui ou de quoi il s’agit. Qui que ce soit, l'Occident devrait encourager et favoriser  l'échange entre les occidentaux et les non-occidentaux, et par conséquent même avec les Camerounais. Un échange basé sur un système de règles internationales justes et partagées. Si l'occident se comporte ainsi avec le Cameroun, le comportement propice au développement de notre pays est présumé.

Si l'occident au contraire cherche à intimider, appauvrir, tricher, coloniser... il est clair que cela ne fait du bien à notre émancipation.

Il en va de même pour le Cameroun et les pays dits émergents. Le développement est authentique s’il est entrepris par des personnes directement concernées, dans l'intérêt de rendre la vie meilleure à toute la communauté, nationale et internationale pourquoi pas! Si on agit donc en pensant toujours au bien et en reconnaissant en chaque personne l'égalité dans la condition humaine, on favorisera le développement du Cameroun, de l’Afrique et du monde, pour le bien des "contemporains et de la postérité», comme on dit dans mon village natal!

Je vous invite à visiter et mentionner “J’aime” sur la page facebook du CIRICS (www.facebook.com/cirics) pour recevoir les mises à jour sur nos activités.

Merci

© CIRICS

Interview réalisé en langue originale Italienne par le quotidien “Opinione pubblica 

Traduction en Français par Banidol Nwankwo

Top